]]>




Image Hosted by ImageShack.us

15.10.07

Je Crois Que Ma Copine Lesbienne Est Tombée Enceinte De Moi

J'ouvre la porte et elle saute sur moi, me gifle puis me griffe et je sens ses ongles trop souvent rongés me lacérer violemment.

Si au moins, elle s'était tapée une manucure, ne serait-ce qu'une seule au cours de ces dix dernières années peut-être que j'aurais moins mal à l'heure actuelle mais à l'heure actuelle, je ne devrais pas trop penser à cela car elle s'acharne sur moi, elle fait rentrer l'extrémité de ses doigts dans ma peau, elle me donne un coup et je me retrouve à terre.

Puis j'entends quelqu'un crier (je suis plutôt sûr que c'était moi) et moi la face collée au parquet je vois les pieds de Sarah sortir de la chambre et Elise debout qui chevauche mon corps.

Je ne comprends pas très bien ce qui m'arrive jusqu'à ce que je croise le regard de Elise et c'est en apercevant ses pupilles dilatées par la rage que j'ai réalisé (soudainement) qu'à l'heure actuelle, j'étais dans la merde.

Je Crois Que Ma Copine Lesbienne Est Tombée Enceinte De Moi

C'est un dimanche soir marqué par la solitude que j'ai découvert que je suis victime de dépendance affective.

Toute ma vie, en fait, j'ai été victime de troubles comportementaux divers mais c'est en tombant sur ce reportage sur Discovery que j'ai réussi enfin à mettre un nom sur ce mal qui me berce et me pousse dans des chocs frontaux avec les autres.

La psychiatre l'a dit de manière très explicite devant la caméra :

La dépendance affective se caractérise par des comportements acquis autodestructeurs et des traits de caractère qui se traduisent par une grande difficulté à amorcer et à maintenir des relations affectives saines.

Voila, en deux, trois phrases, mon état m'était révélé et sur le coup, je n'ai pas paniqué, j'ai fait tout ce que les gens normaux font lorsqu'ils se découvrent une maladie, je suis allé sur mon ordi et j'ai cherché des informations sur Google, là je suis tombé sur un site contenant des dizaines de témoignages de dépendants affectifs un peu partout sur la planète qui racontaient leurs histoires (toutes plus pathétiques les unes que les autres) mais aussi et surtout un petit questionnaire.

N'écoutant que mon désir de m'auto-analyser (une technique que j'ai développée durant l'adolescence, plutôt que d'aller voir quelqu'un pour lui parler de mes problèmes, je m'assois et je me pose des questions à moi-même dans ma tête (tu vas bien ? oui, non, qu'est-ce qu'il y a ?), les bouddhistes appelleraient cela de la méditation mais moi j'ai juste mon moi et mon sur-moi Freudien qui s'entretiennent afin de savoir qu'est-ce que l'on pourrait bien faire de mon moi (le corps)), j'ai répondu à toutes les questions et le résultat a été clair, j'étais dépendant affectif à 90 %

Plutôt une bonne note, si c'était un examen j'aurais pu dire que j'ai fièrement réussi mais là en fait tout ce que cela m'a annoncé c'est que j'étais officiellement atteint de DAA (bien sûr certaines personnes auraient voulu voir un médecin ou un thérapeute pour confirmer le tout mais pour moi mon auto-analyse et les résultats d'un test trouvé sur Google me suffisaient.)

Voilà, triste réalité et puis pour être honnête le diagnostic était clair et établi depuis bien longtemps, il suffisait de lire entre les filles qui ont peuplé mon existence, quelques seins mais aucune relation saine.

Je suis toujours passé de phases ou je m'accrochais désespérément à la première femme venue (et cela sans aucune raison apparente) à des phases où je me complaisais dans l'abondance en ignorant les rares filles bien que je rencontrais mais malheureusement le nombre ne remplit jamais le vide.

J'aurais préféré une dépendance sexuelle plutôt qu'une dépendance affective mais ce n'est pas dans la pénétration que réside mon addiction mais dans le moment juste après, celui où je les regarde se crêper le chignon.

L'expérience est si belle que l'on veut éternellement recommencer l'aventure mais cela ne se joue qu'à deux et du partenaire vient le drame.

Mon nom est Anthony Naglaa et durant toute ma vie d'adulte, je n'ai jamais été célibataire, pas une seule fois, je me contente de passer de relation désastreuse en relation merdique, les désastreuses étant celles qui se terminent sans dégât matériel dans mon appartement, les merdiques les autres et ……… je reçois un autre coup de Converse dans le ventre, Elise s'acharne sur moi, Sarah crie, veut nous foutre dehors, moi je relève, traite Elise de conne, lui demande quel est son problème.

Un bouton sur ma chemise Alessandro Fergana manque, si j'étais blanc en ce moment je serais rouge, ce n'est ni drôle, ni amusant, j'ai passé l'âge des conneries d'Elise.

Là, je suis debout à 30 centimètres de la porte, Elise semble vouloir me péter la gueule (je suis et j'ai toujours été un jeune homme perspicace) mais ce qui me rassure c'est que Sarah semble vouloir péter la sienne, c'est bon, si les choses tournent mal (ou au moins pire qu'elles ne le sont actuellement (les choses)) j'aurai quelqu'un pour me défendre.

Je décide de calmer un peu le jeu, je prends ma voix d'homme en contrôle de la situation (30 décibels plus haut dans le grave), je dis héroïquement : laisse moi faire, je vais régler ça, je prends Elise par sa vieille veste Zara qu'elle porte tout le temps et je la fous dehors, lance un clin d'œil a la Cary Grant a Sarah (héroïque, je vous dis) et rejoins Elise sur le palier, là je dis toujours avec mon ton grave (30 décibels dans le grave) Sarah ferme la porte, Elise et moi, on doit se parler.

-Bon, c'est quoi ton problème, c'est quoi cette idée de débarquer chez moi à cette heure-ci et te mettre a jouer la violente schizo névrotique, ça va pas ou quoi ?

-…………………

-Tu peux parler là Elise tu sais, pas besoin de jouer à la sociopathe névrosée, je t'ai déjà dit.

-........

-………..

La je lui fait mon air de type qui la regarde vachement méchamment, elle comprend et me dit, dis a ta petite conne qu'on va faire un tour.

En temps normal, j'aurais protesté, comment ça ma petite conne, arrête de lui manquer de respect, etc….. mais vu l'état de la situation (j'ai eu beaucoup de plaisir a écrire ce milieu de phrase, l'état de la situation, c'est de la grâce littéraire tout ceci) mais revenons a Elise, ah Elise…. elle ne changera jamais, 1m70, un vieux Levis, un t-shirt blanc trop large qui cache ses seins, une coupe carrée, une veste Zara tachetée achetée au début des années 2000, des Converses pourries, un regard de schizophrène et malgré tout un sourire d'ange.

Meilleure amie depuis l'enfance (un jour, on va se faire tatouer nos noms au milieu de cœurs bien rouges (charmant comme Milwaukee dans les années 1950), un même goût violent que moi pour les filles avec en plus beaucoup plus d'audace et de couilles.

Si elle est aussi énervée, c'est qu'il y a sûrement quelque chose de relativement grave que j'ai fait (dans mon cas, ça peut aller d'avoir oublié une capote usagée dans son lit quand je me sers de son appart pour tromper Sarah en toute impunité ou d'être allé au bar au coin (de chez elle) où elle a ses habitudes et d'avoir commandé un peu trop d'alcool en disant au proprio que t'inquiète, c'est sur la note à Elise).

Je sais qu'il y a qu'une façon de la calmer, aller boire un kir martini mélangé avec une demi-kro (un truc infect qu'elle aime bien (je crois qu'elle se sent déglinguée chic quand elle boit ça) alors je lui dis, bon on va boire un verre, je t'invite, tu me diras ce qui ne va pas.

Tout de suite, je la sens sourire un peu (lèvre du haut qui se soulève d'un demi-millimétre, un truc non repérable à l'œil nu, sobre et non habitué).

Direction le bar La Bouteille Vide, un charmant endroit si on oublie le fait qu'il y a un clebs malade que le proprio héberge et qui lèche la vaisselle de temps en temps (la bave de chien se distingue trés bien dans un verre de vodka sur glace, il ne faut pas s'en faire avec ça).

Comme d'habitude il n'y a pas grand monde, mais moi je suis sûr que le proprio fait fortune avec un petit racket d'antennes paraboliques braquées directement sur des pays du monde que l'on quitte avec le corps mais jamais réellement avec le cœur.

Une histoire de contraception

Tout de suite notre table du fond, on commande un couscous (à cette heure là pas de problème, il le réchauffe au micro-ondes, un peu (beaucoup) de Harissa et c'est presque bon), Elise prend deux kir-martini mélangé à une demi-Kro, je prends un diet Red Bull (sans sucre, c'est important pour un tas de raisons), deux shooters de vodka et une Heineken.

Ça se passe presque bien, Elise est assise en face de moi, presque calme, en tout cas, l'air moins névrosé (si elle était un film de Woody Allen, là elle serait A Midsummer Night Sex Comedy et non pas Hannah et ses soeurs).

J'essaye de rester calme, surtout ne pas penser qu'avant qu'Elise débarque j'avais presque réussi à obtenir une faveur sexuelle de Sarah en lui promettant de faire la vaisselle (ah, la magie et le romantisme des vieux couples de plus de six mois), je rentre pas directement dans le vif, je lui dis des trucs très importants en prenant un air très sérieux comme bon et ta journée, la relaxer dans la calmitude mais apparemment ça ne marche pas.

Elle me répond pas, bouffe en me regardant a peine, se tape ses deux kirs en une seconde, relève la tête de temps en temps et me lance un regard sérieusement menaçant, se remet a bouffer, regarde un peu Euronews (sans que personne ne comprenne réellement pourquoi, le poste de télé du bar est toujours branché sur Euronews), apprend que le CAC 40 a baissé, ça semble l'intéresser, tant mieux, si ça peut la détendre.

Finalement, elle finit la semoule, commande deux autres kir recette Elise, regarde deux filles passer, se lève, va en draguer une, revient, me demande 20 euros, dans la situation présente j'ai pas le choix de les allonger, elle les prend sans me dire merci, paye a boire aux filles, discute avec, ça dure une heure, moi j'en profite pour prendre une dizaine de shooters et finalement Elise revient.

Elle semble heureuse, je pense qu'elle va conclure avec une des deux filles plus tard dans la soirée, elle me dit, il faut qu'on parle.

Je me lève, je paye, on va dans la vieille gold d'Elise et c'est la qu'elle m'annonce la nouvelle :

Anthony, je suis enceinte, enceinte de toi.

Elise

Elise a toujours été une jolie fille, le genre a faire des collectes entre les cuisses des jeunes filles, je la connais depuis au moins une bonne quinzaine d'année, classe de CM2 pour être précis, cours de français Madame Portobin qui nous terrorisait, moi comme toujours nul en dictée mais excellent en rédaction et Elise le contraire.

Elise était ma voisine assignée pour l'année et découvrant nos aptitudes naturelles et opposées on a très vite compris que l'on pouvait s'entraider, alors on a passé un contrat (Malabar et VHS porno comme bonus de signature), elle m'aidait à passer à travers les dictées de Madame Portobin et moi, je lui donnais des idées pour les rédacs.

De là s'est développée une profonde amitié qui a enduré le cours des années.

Ensemble, on a vu notre goût pour les filles se développer, ensemble on s'est mis a draguer sans succès à peu prés tout ce qui bouge et qui a des seins du collège au lycée et nos week-ends on les passait à monter des plans pas possibles pour réussir à voler de l'alcool dans le bar de ses parents, à salir les Union magazine de son grand frère, a organiser un trafic de film du premier samedi du mois sur Canal ou à nous gaver de mangas japonais sous-titrés.

Elle et moi, on était les marginaux de la sixième a la terminale, étant moi quasiment le seul noir de cette fichue école privée catholique et elle la seule fille avec une coupe au carrée qui foutait une trempe à n'importe quelle gamine qui lui manquait de respect.

On était les deux seuls avec des comportements asociaux, ceux qu'on invitait dans aucune soirée mais bon on était là l'un pour l'autre, une sorte d'amitié étrange nous unissait, un peu comme des frères et sœurs, on faisait tout ensemble, prenait nos douches ensemble même parfois défoncés pour délirer et pourtant sans que l'idée de faire quoi que ce soit ensemble ne nous traverse jamais la tête.

A 18 ans, on a décidé de quitter Paris ensemble, direction Montréal, l'Amérique en français et on n'a pas été déçu, les filles, la belle vie, la nuit, Montréal a tenu toutes ses promesses mais au bout de quelques années, on s'est lassé, de tout, de rien, de la facilité sûrement.

Montréal commençait à ressembler à un immense buffet et on en avait assez de se gaver.

Ainsi peu de temps après notre graduation, Elise a décidé de rentrer et moi je suis resté, seul, a Montréal, je me suis fait a l'idée d'être sans elle ……..j'ai tenu quatre mois avant d'aller la rejoindre.

Sarah (une ex-actrice de théâtre reconverti dans la comptabilité) celle avec qui je sors depuis déja deux ans, a trouvé un stage à Paris et moi qui ne faisais pas grand-chose à Montréal et avec en plus Elise qui me manquait (accessoirement ma famille aussi) alors voila, je suis venu.

Sarah

Sarah et moi on s'est trouvé un petit appart pas loin de Montparnasse (pour le trouver, c'est Sarah qui s'est occupé de tout, les jeunes noirs aux cheveux longs, diplômés mais qui font pas grand-chose de leur vie sont rarement les locataires privilégiés des propriétaires.)

Revoir Elise m'a fait du bien, habiter avec Sarah beaucoup moins alors les soirs de déprime, je me précipitais chez ma meilleure amie pour boire et me ressourcer comme je l'ai fait avec elle tout au long de ma vie et c'est un soir de grammes de sang dans l'alcool que tout est allé beaucoup trop loin entre nous.

La boîte de Sarah organisa une convention entre les meilleurs comptables Européens a Deauville, l'occasion pour les D.R.H., les D.G., les D.A., les D.P. et même les stagiaires éternels chairs à canon du monde de l'entreprise comme Sarah de se réunir entre gens passionnants (des comptables donc) pour discuter de tout et de rien (le tout comprenant les nouvelles méthodes de dresser des bilans comptables en prenant en compte les nouveaux logiciels et les paradigmes financiers mis au point récemment et le rien comprenant leurs vies privées).

La convention se déroulait à Deauville et Sarah y est allée tous frais payés par sa boîte, une semaine plus ou moins de rêve dans un hôtel convenable, elle avait même le droit d'amener son compagnon mais ledit compagnon ne voyait dans cette convention qu'une occasion rêvée de passer une semaine a faire autre que regarder la télé et baiser la femme de sa vie de maniére mécanique a la fin d'un épisode particulièrement, je cite là encore, bouleversant de Grey's Anatomy.

Sarah est partie comme prévu un lundi matin assez tôt (je le sais parce que Télématin jouait encore alors que d'habitude je me lève avec le journal de 13 heures (j'aime me faire peur le matin au réveil, je vis dangereusement moi)).

Il y a eu un petit flottement dans le vide quand elle a franchi la porte avec sa fausse valise Gucci, je me suis rendu compte que j'étais seul, réellement seul.

Il vient un moment dans la vie d'un homme ou il se rend compte que pour l'être qu'il croit aimer, il a sacrifié ses amis, sa famille et même sa carrière et ce moment-là a été pour moi ce lundi matin.

C'était vrai, même si je faisais semblant du contraire, j'étais tellement bien avec Sarah que je n'avais pas ou plus le désir de faire quoi que soit, je me complaisais dans sa présence comme une excuse pour ne plus avoir de désir ou d'envies autres que celle d'être avec elle.

Et cela à un point tel que depuis mon retour à Paris, je n'avais encore passé une seule soirée complète avec mes parents ou même revu certains de mes vieux potes du quartier.

Certes, je trompais (ce mot est inapproprié) quelques fois Sarah avec des filles rencontrées dans les boîtes crades où Elise traînait mais il n'y avait rien d'autre dans ces actes consumés que de la très fade consommation destinée à agrémenter mon ego parfois chancelant de ne rien ou de ne quasiment rien faire de mes journées et pour tout dire ma vie sociale se résumait à deux femmes, Elise et Sarah.

C'était triste mais c'était ma triste réalité et je pense que ça arrangeait Sarah, mon cercle de fréquentation étant réduit a deux personnes et l'une d'entre elles étant justement ma compagne et l'autre ma copine lesbienne, Sarah était convaincu qu'au moins ainsi je ne la tromperais pas et cette idée lui fit passer outre la répulsion évidente qu'elle avait pour Elise.Ces deux-là se sont en effet immédiatement et incroyablement détestées.

Je pense que Sarah reprochait à Elise de me rassurer dans ma quête permanente de légèreté et qu'Elise détestait Sarah pour toutes ces envies qu'elle créait en moi de gravité, de soirées a la maison et de dimanche au lit à regarder une rediffusion d'un Woody Allen sur ArtTV.

Elles étaient mon ombre et ma lumière mais les jours d'éclipse étaient rares et je ne pouvais donc que les fréquenter séparément.

Cette dichotomie de mes fréquentations féminines a créé en moi la perception de mener une double vie et cela de manière tout à fait légitime car chacune des parties impliquées connaissait parfaitement l'existence de l'autre.

Le Départ

Il existait ainsi deux Anthony Naglaa et avec le départ de Sarah, le Anthony Naglaa qui ne se sent vivant que pendant les quelques secondes où il compte les pas avant d'entrer dans une nouvelle boîte se sentait libre de concubiner platoniquement avec sa meilleure amie.

Dés le départ de Sarah, je suis allé a la boulangerie du coin me prendre un café-croissant puis je suis allé au Monoprix, celui avec la petite caissière qui sent bon comme un après-midi sur la plage à Barcelonita et qui donne des sourires gratuitement.

J'ai du prendre assez d'alcool pour survivre a un enfermement dans une cave avec Elise pendant un mois.

J'ai pris tous les habits nécessaires pour attirer le regard de n'importe quelle jeune fille moindrement superficielle et je me suis précipité chez Elise.

Les premiers jours se sont très bien déroulés, débarquement de femmes (principalement pour Elise) et d'alcools (principalement pour nous deux).

La journée on essayait de n'avoir rien à faire en se couchant le soir le plus tard possible,

On faisait tout ce qu'on pouvait pour ne pas avoir à se réveiller avant 15 heures minimum.

Ensuite, il suffisait juste de traîner un maximum jusqu'à ce que l'on puisse commencer à boire sans (trop) culpabiliser.

Tout se passait bien entre cuisses et fonds de bouteilles (Elise était une beaucoup plus grande consommatrice des deux que moi) et c'est le quatrième soir que l'on est devenu fou.

Ce soir là, on était trop fatigué tous les deux pour tenir la longueur ou pour sortir nous donner des raisons d'utiliser notre langue.

On a alors décidé de rester a la maison, de se louer des vieux Woody Allen et de se reposer en buvant modérément.

On s'était fixé une limite d'une bouteille de rhum qu'on buverait après le Allen en lisant chacun un Gutierrez.

Le rhum était importé directement de la Havana, un peu fort mais un peu trop bon pour que l'on s'en soucie, Elise surtout qui ce soir là n'avait pas consommé de stupéfiants devait se sentir mieux que d'habitude mais il faut croire que notre fatigue était telle qu'après quelques verres, l'on s'est mis très rapidement a délirer.

Elise a commencé à parler de la fille qu'elle avait ramenée hier du Neon Lounge, une belle brunette, le corps de Belluci (Monica) et le charme de Gainsbourg (Charlotte).

Dés que la fille a croisé Elise, elle lui a balancé toute sa chaleur et son désir de chair en un regard, Elise très vite s'est mis a ressentir beaucoup d'amour au niveau des hanches et n'a pas pu se retenir et des envies délicieuses se mirent a couler tout au long de ces cuisses.

Elle et la brune se sont attrapées très vite, je pense que ça a fini (une longue fin de deux bonnes heures) dans les escaliers qui menaient à l'appartement d'Elise.

De reparler de tout ça, de la fille d'hier, de sa bouche qui semblait avoir été faite pour se fondre sur le con d'Elise, de l'équilibre et de la justesse de ce monde qu'Elise avait ressentie quand elle s'immisça dans les cuisses de cette charmante inconnue nous a irrémédiablement donné envie.

Il y a des choses qui se sont mis à naître naturellement dans nos bas-ventres mais on avait réellement pas envie de sortir de l'appartement d'Elise pour satisfaire ces envies et encore moins envie qu'une étrangère s'immisce parmi nous ce soir là ou l'on avait désespérément envie d'être seul (tout ceci est une question d'envie).

De temps en temps, on avait tous les deux un fort besoin de s'isoler, c'était pour nous une nécessité, un besoin que même l'envie de regards lubriques et de corps feutrés les uns contre les autres ne pouvait changer.

Pendant qu'Elise pensait à sa rencontre furtive avec des talents linguistiques dignes des plus grandes péripatéticiennes de Porte de la Chapelle, moi je ne pensais qu'à Sarah (uniquement à elle, j'avais beaucoup couché avec d'autres femmes, ma mémoire ne gardait qu'une vague impression de plaisirs fugaces, agréables uniquement dans le contexte où ils étaient socialement répréhensibles et cependant malgré le peu de plaisir que je retirais de ces adultères consommés, une force en moi m'empêchait d'arrêter, comme une pulsion et un ardent désir de profiter de tout, de profiter de rien dans le fond car après l'orgasme (les fois où je ne le simulais pas) avec ces filles de passages, je ne ressentais rien d'autres qu'une sensation de vide et des regrets que je m'empressais de noyer dans tout ce que je pouvais trouver (parfois même d'autres jus issus de femmes éphémères).

Malgré mes regrets post-éjaculatoires, de maniére générale, je ne ressentais pas réellement de remord dans le fait de tromper Sarah, une partie de moi se disait même que si Sarah faisait la même chose de son côté, ma grandeur d'âme ne lui en voudrait pas (comment décemment pourrais-je) et ce soir là mon désir pour Sarah était tel que je me mis à la voir entre les mouvements d'Elise, quand Elise souriait cela me rappelait Sarah, quand à un moment elle s'est levée avec sa petite culotte Chloé, je me suis rappelé les week-ends ou l'on s'enfermait Sarah et moi pour ne faire rien d'autre que le faire et où son seul vêtement pendant prés de 48 heures était ces petites culottes American Apparel que parfois même elle n'enlevait pas et l'on s'arrangeait pour que je puisse la pénétrer légèrement, tendrement en mettant sa petite culotte de coté.

C'est un truc qui a rapport avec les seins.

Ce soir là, pour la première fois, je me suis mis à regarder Elise différemment, je ne sais pas si c'était d'avoir passé tellement de temps enfermé dans notre appartement avec Sarah mais revoir Elise pour la première fois pendant plusieurs jours d'affilée a semble-t-il grandement perturbé ma vision d'elle.

C'est comme si un amalgame s'était amené dans mon cerveau et que je prenais Elise pour Sarah, pour la première fois depuis l'époque de mes quinze ans je me suis mis a regarder Elise avec attention quand elle se changeait devant moi, pour la première fois depuis mes 17 ans et demi je me suis mis à fixer la pointe de ses petits seins qui s'agitaient sous son beaucoup trop grand t-shirt quand elle riait.

Je ne sais pas si Elise l'a remarqué mais pour la première fois devant moi elle n'était plus ma meilleure amie mais une femme qui avait passé la soirée a demi-nue devant moi, une femme pour qui je ressentais quelque chose d'incongru, du désir.

J'ai pris l'éveil puissant de mon désir pour Elise pour une simple maladresse du destin, un coup du sort qui me donnait envie d'un coup de langue.

J'ai fait semblant de ne rien ressentir et j'ai continué à passer la soirée à regarder ces vieux Woody Allen, je pense que j'ai réussi à me contrôler jusqu'à ce que je voie Julia Louis Dreyfus de Seinfeld baiser au coin d'une fenêtre au début de Deconstructing Harry.

Puis, ce qui ne devait surtout pas arriver arriva mais il faut savoir que c'est avant tout la faute de Woody Allen, sa faute si Elise finit par remarquer que je n'arrêtais pas de la regarder mais surtout que je me suis mis à la regarder très différemment d'un coup.

Je mets la faute sur Allen mais aussi sur Gutierrez et ses lignes sales, Elise m'a demandé si j'allais, elle avait l'impression que je semblais légèrement agité.

-T'es sûr que ça va Anthony ?

Et là moi qui ne savais pas très bien mentir je lui dis oui.

-Tu sais très bien à quel point je fantasme sur Elaine Benes.

-Ouin……qu'elle me dit avec le sourire puis elle s'est remise à fixer l'écran.

C'était un petit moment magique, on était à trente centimètres l'un de l'autre, elle était assise en moine bouddhiste à mes côtés, on voyait de plus en plus la forme de ses seins se dessiner sous son Martin Maguilera, sa position du lotus faisait ressortir le coté qui me donnait envie de ses hanches, j'étais troublé, réellement troublé, pour la première fois je ressentais une envie de brûler pour cette femme avec qui j'avais passé mon enfance et mon adolescence, j'en aurais même eu du chagrin tiens de désirer cette femme qui était avant toute chose mon amie tant j'avais l'impression que sur son corps semblait couler une fine couche de lubricité.

Que m'arrivait-il, étais-je devenu à moitié fou, ce n'était pas réellement le moment de briser une amitié de quinze ans, il fallait que je me ressaisisse ou qu'au moins je me saisisse autre chose ailleurs pour réussir à asservir ce désir naissant.

Je suis parti à la salle de bain me rincer le visage et quand je suis revenu, les choses ne se sont vraiment pas arrangées, elle était cette fois sur le ventre sur le tapis du salon, je la voyais à terre et je me disais que je n'avais pas remarqué qu'elle avait d'aussi belles fesses, quelle connerie quand même l'amitié.

Je me suis dit que c'était un sévisse de la voir ainsi et moi qui ruisselais de vices, d'idées et de perversité, je me suis dit qu'il fallait que je la touche pour que je devienne à nouveau calme et tranquille, calme et tranquille, je ne sais plus trop comment s'est arrivé, ma fièvre et mon agitation me l'ont fait oublier mais j'ai posé ma main sur ses fesses.

Sur le coup, Elise n'a pas bougé, elle est habituée à ce que je la touche mais cela a toujours était amical.

Je lui dis Elise t'as changé non et elle me demanda changé comment ça, là je dis ben, je sais pas, ton corps, tes formes, je sais pas, t'as changé et puis d'un coup très brutalement elle me demanda d'enlever mes mains de sur ses fesses.

-Bon, si tu insistes…….

Et on s'est mis à re-regarder Deconstructing Harry et ce petit jeu entre elle et moi dura un instant, je trouvais n'importe quel prétexte pour la toucher et elle violemment elle me le faisait regretter (quelle conne violente elle pouvait être).

Tentative(s) de rapprochement

Tentative # 1

C'est la scène où Woody Allen se fait agresser par la sœur de son ex-femme sur le toit de son immeuble.

Méthode :

J'essaye de me coller à Elise par derrière, dans la position de la cuillère pour être précis.

Résultat :

Elle me fout un coup de coude dans le ventre puis fait repeat sur la scène.

Tentative # 2

Woody Allen se voit out-of-focus et a l'impression d'être flou.

Méthode :

Elise s'est mise sur le canapé, je m'assois derrière elle (jusqu'ici tout va bien), passe mes bras autour de sa taille (tout va toujours bien, il nous arrive fréquemment de nous coller entre amis) puis discrètement je tente de remonter le long de son corps pour toucher ces seins qui m'intriguent depuis tout a l'heure.

A un moment, las de ces attouchements elle me demanda ce que j'avais.

- Rien.

- Comment ça rien, t'arrêtes pas de me toucher depuis tout a l'heure, t'as bien quelque chose, tu me touches pas sans raison.

- Ah parce qu'il faut avoir une raison maintenant pour toucher sa meilleure amie, dans quel monde vit-on.

- Arrête de faire l'offusqué.

- ……..

- ……….

- T'as changé tu sais, je veux dire tes ……… et tes ……………., t'as vraiment changé.

- Je pense que j'ai compris.

Et là, elle se leva sur le canapé en un bond, enleva son Martin Maguilera et me montra naïvement son corps saisissant.

- Tu vois, j'ai arrêté le régime sushi et coca-cola light que j'avais a Montréal et boom, voila, j'ai pris un peu de poids, j'ai bronzé un peu aussi à Barcelone, donc pa-pam me voila.

Elle n'avait aucune idée d'à quel point ce qu'elle était devenue était une femme belle et désirable, je ne sais pas où j'étais les trois derniers jours, en fait où j'étais depuis mon retour à Paris mais je ne m'étais pas rendu compte d'à quel point mon amie névrosée avait disparu pour laisser place à une fille immensément jolie avec des seins qui pointaient vers la vie, des jambes qui semblait faite pour conquérir Paris, j'avais envie de poser ma main sur elle de maniére désintéressée, un peu partout sur son corps et elle, elle et sa naïveté qui me considérait toujours comme l'ami qui l'avait vue nue des centaines de fois et même plus.

Au fond, peut-être qu'elle n'avait absolument pas changé mais le fait que pour la première fois de ma vie, j'ai été séparé d'elle pendant prés de quatre mois a rompu un lien de chasteté et d'amitié purement platonique qu'il y avait auparavant entre elle et moi.

A un moment ne tenant plus et me promenant dans les sillons d'une saine honnêteté qu'il y a toujours eu entre Elise et moi, je me suis assis prés d'elle et je lui ai dit les quelques mots que je pensais jamais prononcer devant elle :

Elise, je ne sais pas ce qui m'arrive mais j'ai vraiment envie de toi.

Elle s'est levé, m'a regardé, elle a ri un peu puis souri, pris un air sérieux, un air très sérieux, elle m'a menacé, elle s'est énervée, m'a demandé ce qui me passait par la tête, elle a ri encore un peu, elle s'est assise puis elle est allé se chercher une bière, elle m'a demandé ce qui pouvait bien me passer par la tête, elle a mis son bras autour de mon cou, a serré un peu (elle est parfois violente), s'est relevée et a enchaîné une autre bière, m'a fixé des yeux en se balançant un autre shooter de rhum puis m'a demandé le plus sérieusement du monde.

- T'es con ou quoi ?

- Non, je veux dire oui, oui mais …….je sais pas, c'est comme si………je veux dire……on est la et tout et puis c'est comme si d'un coup mais vraiment d'un coup. j'ai eu envie de toi mais vraiment là d'un coup tu vois.

- Non, je vois pas et puis qu'est-ce que tu veux que ça me fasse que t'aies envie de moi, est-ce qu'on peut finir le film tranquillement.

- Ouin…..mais……..

- Il y a pas de mais.

- T'as besoin d'être autoritaire comme ça ? Attends, moi, ton pote, je viens je te parle d'un truc profond et sérieux que je ressens et tu…………

- Et tu veux qu'on fasse quoi, que j'écrive un haïku sur toi parce que soudainement t'as eu envie de moi ?

Faut vraiment que tu gâches tout toi, c'est pas possible, on est là, on passe une superbe soirée, du bon rhum, la classe quoi et toi tu viens et tu m'annonces que tu as envie de moi, tu veux quoi, un cookie ?

- Non…. je…….

Et on s'est mis à rire tous les deux.

Le contrat

Deux, trois heures ont passées, on a continué a boire dans la morosité et la banalité, film de Woody Allen après film de Woody Allen quand à un moment j'ai cédé et je lui demandé :

- Ça t'a jamais tenté d'essayer ?

- D'essayer quoi ?

- Tu sais, avec moi…….

- ……..

- Je ……je veux dire…….

- Tu sais, on a déjà essayé.

Et là, elle s'est mise a me remémorer quelques tentatives infructueuses de pénétrations vaginales qui sont arrivées au cours de notre adolescence.

Il faut dire que je les avais oubliés ces incidents (sauf la fois où il y avait du Nutella impliqué), après tout, on était que deux jeunes qui découvrait notre corps ou plutôt le corps du sexe opposé.

Il faut dire qu'à Elise, cela ne lui a vraiment pas donné envie de prolonger l'expérience, et sur moi cela eut l'effet contraire.

C'est drôle, c'est comme si j'avais totalement rangé dans une case de mes mémoires toutes ces expérimentations sexuelles, je me demandais d'ailleurs comment Elise faisait pour s'en souvenir encore et c'est là que j'ai compris.

- Comment ça se fait que tu y penses encore toi ?

- Comment ça, comment ?

- Je sais pas là, ça fait vachement longtemps quand même, dix ans au moins et ……..

- Tu sais, j'ai pas connu beaucoup d'hommes depuis.

- Ouin, je sais mais……..

- Te sens pas flatté et là elle s'est mise a me frapper (avec l'oreiller).

- Pourquoi, il faut toujours que tu sois violente quand il se passe quelque chose de sérieux.

- Parce que tu penses que c'est sérieux tout ça.

Et là, elle s'est mise à me faire la liste de toutes les choses absolument très sérieuses qui se déroulaient dans le monde quand moi je lui ai annoncé très clairement que j'allais me coucher.

Seulement voila, elle et moi, on a pris l'habitude de dormir dans le même lit et ce soir là, on a en même temps eu l'intuition que ce ne serait peut-être pas la meilleure des idées.

- Bon ce soir, je vais dormir sur le canapé.

- Arrête de te la raconter, je te signale que c'est toi qui saute sur moi depuis tout à l'heure et non pas le contraire, donc tu devrais réellement te calmer deux secondes et arrêter d'être paranoïaque.

Moi, j'essayais juste d'arranger les choses, je savais bien que me coller a nouveau à elle m'aurait rendu a nouveau hystérique et comme j'étais le seul ici a être émoustillé par tout ceci alors mon âme humaniste lui a dit :

- Tu sais, je pense que toi et moi, on devrait……..tu vois quoi, je veux dire toi et moi, entre potes juste pour essayer Elise, je te promets ça va être sympa.

- Ouin, peut-être qu'elle me répondit, mais je déteste le faire à cette heure la en étant sobre.

- Sobre, on s'est tapé deux bouteilles, qu'est-ce que tu racontes ?

- Écoute, tu comprends jamais rien et puis je veux dire de toute façon, j'en ai pas envie, moi tu sais j'aime me faire manger le matin plutôt, ça s'est un véritable plaisir, tu te réveilles, tu n'as rien a faire et tu jouis, le paradis alors que là avec toi après m'être tapé une heure et demi de l'autre névrosé New-Yorkais, cela me donne beaucoup moins envie.

-Donc Woody Allen est le responsable de tout ceci, c'est ça, quand tu n'as rien à faire, tu blâmes le…..bref, ça n'a aucune importance.

Et c'est ainsi, que l'on est allé se coucher elle et moi ou plutôt elle est allée se coucher et moi j'ai tenté de dormir devant la télé.

Une heure a passée avant qu'Elise ne revienne me voir, elle était toute excitée, quasiment hystérique et m'a parlé d'une idée GÉ-NIA-LE qu'elle venait d'avoir.

- Voila, j'arrivais pas a dormir et tout (Oui, j'ai compris) et j'ai pensé à une chose, tu vois, toi et moi, ça fait quoi, dix, quinze ans qu'on se connaît, tu vois, ce qu'on pourrait faire c'est trouver un moyen d'être ensemble, je veux dire, d'essayer des choses ensemble, sans que ça change notre amitié, tu vois ce qu'on a entre nous est vraiment bien et vraiment important.

- Très important.

- C'est une pure amitié.

- Pure, pure, je ne saurais dire mieux.

- Et bien voila, notre amitié est tellement pure que ce serait con de la gâcher.

- Tout à fait con, tout à fait.

- Donc, il faudrait trouver un moyen d'essayer de……

- Tu veux dire essayer de …….de………

- Oui, essayer de…….mais.........

- Oui parce qu'il faut absolument qu'il y ait un mais.

- Tout à fait Anthony, le mais est très important.

- Je confirme sur l'importance du mais…..mais quoi ?

- Mais voila, j'ai envie d'essayer, je veux dire, t'es mon pote.

- Ton meilleur pote.

- Oui, mon meilleur pote.

- En fait Elise, je crois bien que je suis ton seul pote.

- Seul, meilleur, ça n'a aucune importance.

- Aucune Elise, aucune.

- Et donc, on pourrait essayer à condition que cela ne change rien mais je veux dire absolument rien entre nous.

- Absolument rien du tout Elise, absolument rien.

- Donc t'es partant.

- Moi, moi mais bien sur.

- On essaye alors.

- On le fait.

- C'est un contrat absolument clair.

- Oui.

- Donc, on va dans le lit, on essaye ce qu'on a envie d'essayer, on voit ce que ça nous fait…

- Beaucoup de bien, beaucoup de bien….

- Oui, donc on essaye mais après voila, on en parle plus, on se prend jamais la tête avec ça, voila, on essaye comme la fois où on a essayé de rencontrer des filles de Polytechnique.

- Ah, ne parle pas des filles de Polytechnique, qui aurait pu penser que…..

- J'y pensais tu sais mais comme tu m'écoutes jamais Anthony.

- Bref, bref…donc voila, c'est un contrat.

- Deal.

- On garde le meilleur des mondes.

- Oui.

- Oui, notre amitié doit strictement rester inchangée.

- IN-CHAN-GÉE.

- C'est le mot clé, le mot C-L-É.

- Pourquoi tu épelles le mot clé ?

- …………….

- …………..

- On y va ?

- Oui.

- Let's go.

Fin

Et c'est comme cela que j'ai fait la plus grosse connerie de ma vie.

Bien sur, avant cela, Elise a fait que c'était absolument inapproprié d'employer l'expression Let's go juste avant d'aller dans le lit avec elle mais bien sûr j'étais trop ailleurs (dans l'envie d'elle qui baignait profondément dans mon cerveau pour être exact) pour donner une quelconque importance à une de ses énièmes divagations.

Ce soir là, Elise et moi, on l'a essayé une fois, puis une deuxième (encore plus maladroitement que la première) puis on a réussi à comprendre comment cela pourrait fonctionner entre une femme qui a beaucoup d'expérience (énormément (mais aucune avec un homme)) et un homme qui avait eu un étrange et intense désir pour son amie.

J'ai le souvenir qu'à des moments cela avait été bon (très) et à d'autre, terriblement inconfortable.

Je me souviens aussi que l'on s'était protégé mais apparemment pas assez puis qu'à des moments on se reprenait avec ardeur et qu'on a du dans tous ces élans oublier les contraceptifs.

Résultat, deux mois plus tard, le soir où cette histoire a débuté, Elise m'annonçait qu'elle était enceinte (de moi) et c'est là que tous les grands bouleversements ont commencé mais ça, ça s'est une autre histoire.

Anthony Naglaa

Pour contacter Anthony Naglaa ou un autre auteur de la revue : revuenoiretblanc@hotmail.com ou laissez un commentaire .

7 Comments:

Blogger Cristine Lachapelle said...

Elle est super cette histoire. J'admire ton talent, Anthony.

16 octobre 2007 à 15:12  
Blogger Valérie Ladouceur said...

J'ai adoré te lire. J'aime la façon dont tu décris les choses.
Continue!

19 octobre 2007 à 11:52  
Blogger Valérie Ladouceur said...

J'ai adoré te lire. J'aime la façon dont tu décris les choses.
Continue!

19 octobre 2007 à 11:52  
Blogger Kebina said...

C'était intéressant à lire. J'ai adoré l'usage des parenthèses (influence "Janedienne" ? que je n'ai pas encore lu mais dont on parle bcp...).


L'humour est intéressant quoique parfois naif et peu original (et le côté trash que tu utlises ici a déjà été trop caricaturé pour créer une réelle atmosphère...). Mais justement,c'est ce qui rend ton texte très attachant.

C'est comme avoir un pote qui essaie de nous faire rire en racontant ses histoires de cul.
Elles sont pas spéciales au fond ses histoires, surtout qu'on est en 2007, mais on sait déjà avec quel ton il va nous les raconter et c'est ça qui nous fait sourire.

Ma grande critique est que le pb avec ce texte est qu'il n'a rien de suprenant, je pense qu'il aurait été plus intéressant s'il avait été construit de sorte à ce que le lecteur soit pris au dépourvu à un certain moment. Or là, on prévoit à l'avance toutes les réactions des personnages. Je ne veux pas dire qu'il devait avoir une chute dans ton texte puisque j'ai bien compris que le récit a pour but de raconter ce que tu nous apprends dès le titre, mais je pense justement que tu aurais pu nous faire tourner un peu en rond, ou je ne sais quoi, pour justement nous éloigner de nos a prioris à la lecture du titre. Là tes personnages (qui mènent l'histoire) ne sont pas assez déroutants pour nous perdre... (je te conseille en passant Le Monde Selon Garp de John Irving si tu ne l'as pas déjà lu).

Dernier commentaire, à propos de l'univers de l'oeuvre: le fait qu'il y ait Montréal d'un côté et Paris de l'autre est super bien pensé, quoique je n'ai pas trouvé que chacun de ces lieux avait une véritable identité dans ton texte...c'était surtout une liste de noms d'endroits (c'était ptète voulu ?)... sauf au niveau de la richesse de la langue.

Et la peinture des personnages est assez théâtrale avec un humour de comédie de moeurs (Molière Molière !) (une tendance à la description superficielle de certains personnages comme la meilleure amie) qui donne bcp de légèreté au texte. Le seul hic est qu'on n'arrive pas à prendre tout ça au sérieux. Les personnages n'ont pas à mon goût assez de relief. La meilleure amie ressemble à une ptite conne sans intérêt et rien de plus. On reste finalement très détaché du texte et des personnages. Et j'ai pas réussi à me sentir proche de ton narrateur et de ses états d'âmes existentiels.

Mais il m'était très plaisant et très sexy. Et c'était peut être tout simplement ton but : ne pas te prendre au sérieux.

Mais dans le même genre, à l'ambiance trashy-sexuelle, je préfère les personnages que cisèle Bret Easton Ellis: laissés pour compte mais profonds.

Voilà ! J'ai lu et commenté en disant ma vérité. Et je pense que tu as beaucoup de talent et que ton texte est prometteur, sinon j'aurais pas passé tant de temps à écrire. On ne commente pas la merde. Elle est sans intérêt. Faudrait juste que tu trouves ton propre univers, même si je l'entraperçois déjà...

Bonne chance

26 octobre 2007 à 19:41  
Anonymous Anthony Naglaa said...

J’ai adoré ta critique Kebina.

C’est bien (et important) quand le lecteur donne réellement et sincèrement son avis et qu’il ne se contente pas juste de dire : j’ai aimé (ou pas) ton texte en une ligne et demi.

Je pense que sur tous les points que tu as cité, tu as comment dire, raison.

J’ai réellement essayé d’écrire une nouvelle légère, naïve, doucement trash et qui fasse sourire.
Je voulais que l’histoire soit ‘’banale’’ dans le sens ou je voulais qu’elle reste réaliste et qu’elle se base juste des événements anodins.

En fait, je me suis beaucoup inspiré des films de Woody Allen (mon obsession du moment) ou il arrive a faire des films très intéressants, très drôle et parfois même des classiques en se basant en grande partie sur sa propre vie mais surtout en n’impliquant que des histoires que l’on peut considérer comme banale.

Pour moi, c’est cela que j’admire le plus, les artistes qui arrivent à créer de l’art avec le quotidien.

Quand aux parenthèses, elles sont réellement d’inspiration Jaenadienne (un de mes auteurs préférés) mais aussi je pense qu’elles rendent le texte plus vivant.

Je voulais que cette histoire se lise comme si c’était moi qui étais devant le lecteur et que je lui racontais cette histoire, mot pour mot et quand j’ai ajouté les petites pages de dialogues, c’était dans l’optique de donner une dimension cinématographique au texte beaucoup plus que littéraire.

Par contre le problème essentiel qui se pose est le manque d’espace que l’on a avec une publication numérique.

Je Crois Que Ma Copine…………faisait 14 pages et pour pas que le texte soit impossible a lire sur un ordinateur, j’ai réellement du alléger l’histoire au maximum sinon la nouvelle serait allé dans les 30 ou 40 pages.
A l’origine, je devais beaucoup plus parler d’Elise et de Sarah, décrire beaucoup plus Montréal et surtout les différences entre Montréal et Paris mais je pense que ça se fera une prochaine fois et surtout dans un autre support.

Ce qui est étonnant par contre, c’est que je n’ai jamais lu un livre de Bret Easton Ellis ou de McInerney, peut-être justement parce que leurs styles a déjà été trop de fois imités et que je ne serais sûrement pas surpris a la lecture de leurs livres.
Mais qui sait, je manque sûrement quelque chose.

Pour finir a l’origine, la nouvelle devait raconter tout ce qui se passe APRES que le personnage d’Elise annonce qu’elle est enceinte, la réaction de Sarah, le choix qu’Elise fera etc…… mais voila, introduire l’histoire avait déjà pris beaucoup trop de pages et je pense que je regarderais le reste une éventuelle suite.

27 octobre 2007 à 11:20  
Anonymous filledurivage said...

Oui, on attend la suite !

7 novembre 2007 à 11:09  
Anonymous Kebina said...

Bonjour Anthony,

DOnc je m'excuse déjà d'avoir pris tt ce temps pr revenir sur ce site, mais je suis très tête en l'air.

Je comprends mieux ton projet en écrivant ce texte à présent.
Je suis d'accord avec le fait que les parenthèses rendent le texte vivant : c'est une sorte de retransposition ironique de l'oralité. J'avais l'impression que tu me faisais des confidences. Comme si tout le texte en lui-même était pour le grand public et que dans ses parenthèses, il y avait qq ch pr moi, tout particulièrement. Ça permet aussi de sortir de la fiction elle même, de s'en détacher un peu. Mais est ce bien de trop s'en détacher ? c'est là la question.

Ce que j'aime bien chez Woody Allen, c'est justement qu'il arrive à faire tout e une affaire des choses les plus banales. Il semble tout interroger sur notre rapport au quotidien, au couple, etc... Et c'est un peu, à mon sens, une façon de rendre le lecteur concerné par les sujets de son film. Et l'humour aidant, on rit toujours des blagues de Woody Allen avec une sorte d'auto dérision, et c'est ça que j'aime bien.

J'avais pas vraiment fait attention à l'aspect cinématographique de ton histoire, mais je m'y attarderai plus la prochaine fois que tu publieras des nouvelles (je suis une lectrice affamée de jeunes auteurs en ce moment)

Pour ce qui est de Bret Easton Ellis, au fond il ne te coûte rien de tenter un peu American Psycho, Glamorama, ou autre... On peut imiter mais peut on égaler ?

Bisous

21 novembre 2007 à 20:47  

Enregistrer un commentaire

<< Home

Creative Commons License
Ce/tte création est mis/e à disposition sous un contrat Creative Commons.